1974 : une année présidentielle à Sainte Marie

Valéry Giscard D’Estaing et Jacques Chirac sont à Sainte Marie

 

L’année 1974 fut une année très spéciale et très prolifique à Sainte Marie.C’est une année charnière sur tous les plans.

Sur le plan sportif, C’est l’année du premier titre de champion de football de la Samaritaine qui réalisait l’exploit de sortir de la division inférieure pour remporter le titre de champion de la Martinique.

Giscard à Sainte Marie

Sur le plan politique, Sainte Marie, à l’initiative de son député maire Camille Petit, recevait en grande pompe à la mairie le samedi 14 Décembre 1974, le président de la république Valéry Giscard D’Estaing. Cette visite hautement politique se déroulait dans la patrie du gaullisme. Vice-président du conseil général, Camille Petit devient le 1er président du conseil régional de Martinique en 1974.

 Discours officiel du président de la république Valéry Giscard D’Estaing à la mairie de Sainte Marie le samedi 14 Décembre 1974

MONSIEUR LE DEPUTE-MAIRE, MESDAMES ET MESSIEURS LES SAMARITAINES ET LES SAMARITAINS,

JE SUIS DONC VENU CE MATIN DANS LA DEUXIEME COMMUNE DE LA MARTINIQUE PAR SON IMPORTANCE, VOUS RENCONTRER ET FAIRE VOTRE CONNAISSANCE. NOUS SOMMES ICI DEVANT LA MAIRIE. JE ME RETOURNE ET JE VOUS DIRAI FRANCHEMENT QUE C’EST LA PREMIERE FOIS QUE J’APERCOIS MON PORTRAIT DANS UNE MAIRIE. ALORS, JE ME SOUVIENDRAI QUE C’ETAIT ICI ET JE LE REGARDE, JE TROUVE QU’IL EST ASSEZ RESSEMBLANT, JE TROUVE QU’IL EST PLUTOT MIEUX QUE NATURE. JE ME REJOUIS D’ETRE ICI, DANS LA MAIRIE DE SAINTE-MARIE ACCUEILLI PAR VOUS, MONSIEUR LE MAIRE, DONT JE CONNAIS LES CAPACITES ET L’ACTIVITE A LA FOIS SUR LE PLAN NATIONAL ET SUR LE PLAN COMMUNAL, ET EN MEME TEMPS PAR LES MEMBRES DE VOTRE CONSEIL MUNICIPAL. JE SUIS ACCUEILLI DANS CETTE MAIRIE POUR QUE NOUS PARLIONS DE CHOSES SERIEUSES, C’EST-A-DIRE DE L’AVENIR DU PEUPLE DE LA MARTINIQUE, DE CES CITOYENS ET DE CES CITOYENNES FRANCAIS QUI PEUPLENT CE DEPARTEMENT. JE NE SUIS PAS VENU PAR CONTRE, JE VOUS LE DIS FRANCHEMENT DANS CETTE MAIRIE, PAS PLUS QUE DANS AUCUNE AUTRE, POUR PARTICIPER A UN COMBAT DE COQS. CECI NE SERAIT NI CONFORME A LA DIGNITE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE, NI CONFORME A LA DIGNITE DU PEUPLE MARTINIQUAIS QUI A LE DROIT, JE PENSE QUE L’ON UTILISE SES ETABLISSEMENTS PUBLICS NON PAS POUR UN SPORT OU UN SIMULACRE DE SPORT, MAIS POUR PARLER SERIEUSEMENT DE SES PROBLEMES EN CITOYENS LIBRES ET EGAUX. MONSIEUR LE MAIRE, VOUS M’AVEZ PARLE DE CE QUI EST EN COURS ICI ET DES EFFORTS DE DEVELOPPEMENT DE SAINTE-MARIE. VOUS ETES EN EFFET UNE REGION OU DEPUIS LONGTEMPS, ET LE LIVRE QUE VOUS M’AVEZ REMIS TOUT A L’HEURE EN TEMOIGNE, UN EFFORT DE PROMOTION AGRICOLE A ETE ENTREPRIS DE FACON A ASSURER PLUS LARGEMENT L’EMPLOI ET DE FACON A ASSURER L’ELEVATION NECESSAIRE DU NIVEAU DE  VIE DE LA POPULATION EN TRAVERSANT LES RANGS TOUT A L’HEURE, JE NE POUVAIS PAS MALHEUREUSEMENT SERRER LES MAINS A TOUT LE MONDE, MAIS J’APERCEVAIS CES TRES NOMBREUSES JEUNES MARTINIQUAISES ET CES TRES NOMBREUX JEUNES MARTINIQUAIS QUI ONT ETE FORMES DANS NOS ECOLES ET QUI VONT RECHERCHER DEMAIN UN TRAVAIL A LA MESURE DE LEUR CAPACITE ET DE LEUR DIGNITE. JE VOUDRAIS VOUS DIRE D’ABORD QUE JE CONSIDERE DANS CES DEPARTEMENTS QUE LE PROBLEME DE LA FORMATION ET NOTAMMENT CELUI DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET TECHNIQUE EST UN PROBLEME CENTRAL. A CET EGARD, VOUS AVEZ D’AILLEURS ICI, A SAINTE-MARIE, DES ETABLISSEMENTS D’ENSEIGNEMENT QUI ONT ETE RECEMMENT DEVELOPPES, MAIS POUR LESQUELS JE SAIS QU’IL EXISTE PARFOIS UNE INSUFFISANCE DE MOYENS OU DE PERSONNEL. MONSIEUR LE MAIRE, LA PRESENCE A VOS COTES DE L’ACTIF SECRETAIRE D’ETAT AUX DEPARTEMENTS D’OUTRE-MER QUI ECOUTE, J’ESPERE, TOUT CE QUI SE DIT, LUI PERMETTRA DE PRENDRE NOTE DE CE PROBLEME ET D’AILLEURS, JE DEMANDERAI AU MINISTRE DE L’EDUCATION DE VENIR EN 1975 FAIRE LE TOUR DES DEPARTEMENTS ANTILLAIS. JE CROIS D’AILLEURS QUE LES MINISTRES DE L’EDUCATION, A MA CONNAISSANCE, NE SONT JAMAIS VENUS ET JE PENSE QUE LE PROBLEME DE L’EDUCATION, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE, DE LA FORMATION TECHNIQUE EST TELLEMENT IMPORTANT DANS CES ILES, QU’IL EST INDISPENSABLE QUE LES RESPONSABLES NATIONAUX VIENNENT EXAMINER LE PROBLEME SUR_PLACE AVEC LES SPECIALISTES DE L’ADMINISTRATION ET AUSSI D’AILLEURS AVEC LES ORGANISATIONS SYNDICALES DES ENSEIGNANTS, DE FACON A CE QUE CETTE CONCERTATION QUE NOUS AVONS SUR LE PLAN NATIONAL, NOUS L’AYIONS AUSSI SUR LE PLAN DEPARTEMENTAL
MONSIEUR LE MAIRE, VOUS VOUS PREPARIEZ, CE QUI ETAIT TOUT A FAIT NATUREL, A ME PRESENTER UN CERTAIN NOMBRE DE SUGGESTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL DE LA MARTINIQUE. Il Y AVAIT D’ABORD LE VIEUX PROBLEME DE CE QU’ON APPELLE LES ENFANTS RECUEILLIS QU’ON NE PEUT PAS DISTINGUER DES AUTRES, ILS SONT PAREILS AUX AUTRES, ET QUI SONT ELEVES AVEC LE MEME SOIN PAR CELLES QUI EN ONT LA CHARGE. CES ENFANTS RECUEILLIS NE BENEFICIAIENT PAS JUSQU’ICI DES ALLOCATIONS FAMILIALES, ET VOUS, LES ELUS DE LA MARTINIQUE, AVIEZ ATTIRE NOTRE ATTENTION SUR CE PROBLEME ; DONC DESORMAIS ILS AURONT LES MEMES DROITS QUE LES AUTRES, AINSI QUE D’AILLEURS LES FEMMES SEULES QUI ELEVENT PLUSIEURS ENFANTS SANS EXERCER D’ACTIVITE PROFESSIONNELLE, AURONT EGALEMENT DROIT AUX ALLOCATIONS FAMILIALES ,De MEME, IL Y A CE PROBLEME PLUS COMPLIQUE NATURELLEMENT QUI EST LE PROBLEME DES AVANTAGES FISCAUX POUR L’INDUSTRIALISATION DE LA MARTINIQUE. NOUS AVIONS PROPOSE, EN EFFET, VOUS ETIEZ DEPUTE, VOUS L’AVEZ VOTE, UNE MESURE QUI D’AILLEURS AVAIT FAIT PROTESTER UN PEU MES SERVICES METROPOLITAINS, ET QUI ETAIT LA CREATION D’UN AVANTAGE FISCAL PARTICULIER POUR LES DEPARTEMENTS D’OUTRE-MER. NORMALEMENT, CET AVANTAGE FISCAL DEVAIT EXPIRER L’ANNEE PROCHAINE, ET J’AI ANNONCE QU’IL SERAIT PROLONGE AFIN QUE CE QUI A ETE FAIT JUSQU’ICI, SOIT SUR LE PLAN TOURISTIQUE, SOIT SUR LE PLAN MEME DE CERTAINES INDUSTRIES ALIMENTAIRES, PUISSE CONTINUER A SE DEVELOPPER. ET EN VOUS ECOUTANT, MONSIEUR LE MAIRE, POUR VOUS MONTRER QUE NOS ECHANGES DE VUE NE SONT PAS INUTILES, VOUS SAVEZ QU’IL EXISTE ACTUELLEMENT UNE CERTAINE RESTRICTION DANS CE TEXTE QUI FAIT QU’IL PEUT ETRE APPLIQUE TRES LIBERALEMENT POUR LE TOURISME ET MOINS LIBERALEMENT POUR D’AUTRES INDUSTRIES. EH BIEN, NOUS ALLONS REGARDER EN RENTRANT EN METROPOLE S’IL EST POSSIBLE D’ADOPTER UNE REGLE AUSSI SOUPLE POUR TOUTES LES INDUSTRIES AGRICOLES ET ALIMENTAIRES, C’EST-A-DIRE, EN PARTICULIER LA TRANSFORMATION DU SUCRE ET DE L’ACTIVITE DU RHUM QUE CELLE QUI EST ACTUELLEMENT APPLIQUEE POUR L’HOTELLERIE. CAR JE CROIS QUE, COMPTE TENU DE LA NATURE DE VOS PRODUCTIONS, IL FAUT EN EFFET POUVOIR DEVELOPPER L’INDUSTRIE QUI EST DERRIERE, C’EST-A-DIRE L’INDUSTRIE DE TRANSFORMATION NOTAMMENT DU SUCRE ET DU RHUM. LE MONDE, VOUS LE SAVEZ, MANQUE ET MANQUERA DE SUCRE ET VOUS AVEZ ICI A LA FOIS UNE TRADITION, UNE CAPACITE, DES CONDITIONS CLIMATIQUES QUI VOUS PERMETTENT D’ETRE DE GRANDS PRODUCTEURS. IL FAUT NON SEULEMENT VALORISER LA PRODUCTION, C’EST-A-DIRE LA CANNE ELLE-MEME, MAIS IL FAUT ENCORE ENCOURAGER LA TRANSFORMATION SUR PLACE, AFIN QUE LES TRAVAILLEURS MARTINIQUAIS PUISSENT VALORISER DAVANTAGE LE FRUIT DE LEUR SOL  ENFIN, MONSIEUR LE MAIRE, IL Y A LA NATIONALISATION DE L’ELECTRICITE. VOUS SAVEZ QUE NOUS SOMMES UN GOUVERNEMENT QUI EST UN GOUVERNEMENT LIBERAL. QU’EST-CE QUE CELA VEUT DIRE, LIBERAL ? CELA VEUT DIRE QUI RESPECTE LA LIBERTE DES UNS ET DES AUTRES, QUI VOUS CONSIDERE COMME DES CITOYENS ENTIERS ET RESPONSABLES. MAIS NOUS NE SOMMES PAS, VOUS LE VOYEZ, UN GOUVERNEMENT DOCTRINAIRE, PARCE QUE LORSQUE SUR UN POINT IL FAUT ADOPTER DES SOLUTIONS IMAGINATIVES, NOUS LE FAISONS ET C’EST MOI-MEME QUI AI DECIDE PERSONNELLEMENT SUR LA PROPOSITION DE MONSIEUR STIRN, LA NATIONALISATION DE L’ELECTRICITE DANS LES DEPARTEMENTS D’OUTRE-MER. VOUS PAYEZ ACTUELLEMENT VOTRE COURANT ELECTRIQUE 90 % PLUS CHER QUE DANS LA METROPOLE ET IL EST SOUHAITABLE QUE PROGRESSIVEMENT, DANS-LE-CADRE DE CE QUE J’APPELLE LA DEPARTEMENTALISATION ECONOMIQUE, VOUS PUISSIEZ AU CONTRAIRE, QU’IL S’AGISSE DE LA CONSOMMATION FAMILIALE, QU’IL S’AGISSE DE L’ARTISANAT, DU COMMERCE OU DE L’INDUSTRIE A DEVELOPPER, DISPOSER D’UN PRIX DU COURANT ELECTRIQUE COMPETITIF PAR-RAPPORT A CELUI DE LA FRANCE, C’EST-A-DIRE COMPETITIF PAR RAPPORT A CELUI DE L’EUROPE ET DU MONDE
MONSIEUR LE MAIRE, TOUT A L’HEURE, IL Y A UN CHIEN QUI MONTE SUR L’ESTRADE, IL M’A RECONNU. J’AVAIS HESITE A AMENER UN DE MES CHIENS A LA MARTINIQUE, MAIS J’AVAIS PEUR QUE DANS L’AVION, IL SE SENTE UN PETIT PEU PERTURBE ET DONC JE PREFERE QUE VOUS M’AMENIEZ LES VOTRES. DANS QUELQUES HEURES, JE VAIS ACCUEILLIR ICI LE PRESIDENT DES ETATS-UNIS D’AMERIQUE, QUI EST D’AILLEURS LE PRESIDENT DE LA PREMIERE PUISSANCE ECONOMIQUE DU MONDE. UNE GRANDE PUISSANCE VOISINE. ET J’AI PENSE QUE C’ETAIT IMPORTANT A DEUX EGARDS. D’ABORD, C’ETAIT IMPORTANT VIS-A-VIS DES ETATS-UNIS ET DE LEURS DIRIGEANTS, QU’ILS VIENNENT VOIR SUR PLACE QU’IL EXISTE ICI UN DEPARTEMENT DEMOCRATIQUE FRANCAIS DES ANTILLES ET QU’AINSI ILS PUISSENT SE PERSUADER DE LA REALITE POLITIQUE ET HUMAINE DE CE QUE SONT LES ANTILLES FRANCAISES. J’AI PENSE AUSSI QU’IL ETAIT IMPORTANT QUE PENDANT 48 HEURES, LA PRESSE MONDIALE PARLE DE VOUS ET QU’ELLE EN PARLE, J’EN SUIS SUR, EN TERMES QUI SERONT FAVORABLES. QUI SERONT FAVORABLES POURQUOI ? D’ABORD, PARCE QUE LE PEUPLE MARTINIQUAIS, HIER SUR LA SAVANE, PAR UNE REUNION SANS PRECEDENT, CAR JE NE SUIS PAS, JE LE SAIS, LE PLUS ILLUSTRE DES PRESIDENTS DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE, D’AUTRES ONT CONDUIT LE SORT DE NOTRE PAYS DANS LA GUERRE ET ILS ONT RENDU A NOTRE PAYS L’INDEPENDANCE ET LA DIGNITE. MAIS SANS ETRE LE PLUS ILLUSTRE DES PRESIDENTS DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE, J’AI ETE A LA MARTINIQUE LE MIEUX ACCUEILLI DE TOUS ET J’AI ETE ACCUEILLI PAR LE PEUPLE MARTINIQUAIS. POURQUOI ? A MON AVIS, PARCE QU’IL A COMPRIS DANS SON INTUITION, DANS SA SENSIBILITE, QUE JE SOUHAITAIS DE TOUT MON COEUR ORGANISER LE PROGRES DES ANTILLES, QUE J’ETAIS VENU ICI VOUS RENCONTRER SANS PREJUGE, A LA RECHERCHE DE VOS PREOCCUPATIONS POUR ECOUTER VOS ELUS, POUR ENTENDRE LA VOIX DU PEUPLE ANTILLAIS. EH BIEN, NOUS ALLONS ENSEMBLE ORGANISER LE CHANGEMENT DE LA SOCIETE FRANCAISE DES ANTILLES. VOUS AVEZ DROIT COMME LES AUTRES AU PROGRES ECONOMIQUE ET SOCIAL. VOUS AVEZ DROIT COMME LES AUTRES A L’EGALITE COMPLETE DES DROITS POLITIQUES ET SOCIAUX ET C’EST CELA QUE NOUS ALLONS ACCOMPLIR ENSEMBLE AU-COURS DE MON MANDAT. VOUS M’AVEZ FAIT CONFIANCE, LE PRINTEMPS DERNIER, ET FRANCHEMENT VOUS Y AVIEZ UN CERTAIN MERITE, PARCE QUE VOUS NE ME CONNAISSIEZ PAS. VOUS ME DIREZ PEUT-ETRE QUE VOUS M’AVEZ FAIT CONFIANCE PARCE QUE VOUS NE ME CONNAISSIEZ PAS, MAIS VOUS Y AVIEZ ETE CONDUITS ET ENCOURAGES PAR VOS ELUS QUI EUX, ME CONNAISSAIENT ET QUI AVAIENT SU CHOISIR, SACHANT QUEL ETAIT L’ENJEU NATIONAL DE CETTE CONSULTATION, ET QUELLE DEVAIT ETRE LA GRANDE ORIENTATION A DONNER A LA POLITIQUE FRANCAISE ET A LA VOTRE. MAIS JE CROIS QUE VOUS AVEZ COMPRIS DEPUIS, QUE J’AI POUR VOUS PROFONDEMENT DE LA SYMPATHIE, DE LA CONSIDERATION ET DE L’AMITIE. JE SOUHAITE QUE PENDANT MON MANDAT, LE PEUPLE ANTILLAIS SE SENTE PLUS HEUREUX ET QU’IL AIT EN PROFONDEUR PLUS DE FIERTE D’ETRE FRANCAIS
ON PARLE PARFOIS, PARCE QUE C’EST LA MODE, DES COMPLEXES D’INFERIORITE OU DE SUPERIORITE DES UNS OU DES AUTRES. JE DEMANDE AUX ANTILLAIS D’AVOIR LE COMPLEXE DE L’EGALITE. JE SOUHAITE QU’ILS SOIENT CE QU’ILS SONT, DES FRANCAIS QUI PUISSENT EXERCER LEURS DROITS COMME LES AUTRES, ET QUI PUISSENT CONDUIRE LEUR AVENIR INDIVIDUEL, C’EST-A-DIRE LEUR CARRIERE, LEUR TRAVAIL, LEUR VIE PERSONNELLE EXACTEMENT COMME LES AUTRES CITOYENS DE LA GRANDE COMMUNAUTE FRATERNELLE FRANCAISE. J’AI ETE HEUREUX, SAMARITAINES ET SAMARITAINS, DE VENIR TRES SIMPLEMENT CE MATIN, SANS PROTOCOLE, VOUS RENCONTRER ET JE SOUHAITE MAINTENANT, A-PARTIR DE CETTE PREMIERE RENCONTRE, QUI NE SERA PAS LA DERNIERE, CONDUIRE AVEC VOUS, AVEC VOS ELUS, AVEC VOUS-MEMES, LE PROGRES DES FRANCAIS DES ANTILLES. BONNE CHANCE, SAMARITAINS ET SAMARITAINES.

VIVE SAINTE-MARIE, VIVE LA MARTINIQUE, VIVE LA France.

 

Il y a 45 ans Jacques Chirac inaugurait les chais de l’usine Saint James

inauguration des chais Saint James en présence de Max Cointreau

Sur le plan économique, c’est l’année de l’inauguration de l’usine Saint James. L’usine de Sainte Marie qui était dirigée depuis de nombreuses années par la famille Huygues Despointes était rachetée en 1973 par le groupe Cointreau. L’ancienne industrie de Saint Pierre s’installait à Sainte Marie.Les terres de l’union à Sainte Marie avait pratiquement les mêmes qualités que celles de Saint Pierre (présence de souffre, débris volcaniques dans la terre) et la qualité du rhum était garantie.

En 1974, toute la production de Saint James était centralisée sur le seul site de Sainte Marie.

Ce sont le premier ministre Jacques Chirac ,le ministre de l’agriculture Christian Bonnet, le secrétaire d’état à l’Outre-mer, Olivier Stirn  qui inaugurèrent le 23 décembre 1974 les chais de cette nouvelle usine Saint James. L’usine possédait 250 hectares plantés en canne à sucre et des chais de vieillissement modernes.Elle employait 120 personnes.  La saga Saint James débutait. Sainte Marie accueillait pour l’occasion Jacques Chirac, le futur président de la république française

Saint James prendra très rapidement une dimension culturelle et touristique en donnant plus tard naissance au Musée du rhum en 1979, puis à la fête du rhum en 1982 .

Des cadres de l’usine

45 ans plus tard à deux jours de la mort de Jacques Chirac, les établissements Saint James inauguraient les nouveaux chais de l’habitation Lassalle. C’était un 24 Septembre 2019.

 

 

 

 

 

 

 

Vous avez aimé? Partagez!
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email