La source Marie Déau se trouve au quartier « La Belle Etoile » à Sainte Marie. Dénommée autrefois « La Marie Déau » cette source tire son nom d’une habitante du quartier qui y vivait  dans les années 1950 : Déau Marie Emilie Joséphine

La source avant son aménagement

Dans le quartier coulait plusieurs sources ; Les anciens en ont dénombré quatre.  La maison de Marie Déau était  située en hauteur de la source qui porte son nom. Elle tolérait la présence des habitants qui utilisait la source qui coulait sur ses terres. Elle avait construit avec des pierre un bassin pour ses besoins personnels et avait interdit son utilisation aux habitants  qui lui en voulaient un peu.  D’ Après les témoignages des anciens,  un matin d ‘Octobre 1992, Man Marie aurait chuté dans son bassin en se rendant à cette source qu’elle protégeait et seule serait rentrée chez elle pour y décéder deux ans plus tard . Cet incident a suffi pour baptiser cette source: Marie Déau

Déau Marie est née à Sainte Marie le 18 Décembre 1907  et était la mère de trois enfants : Joseph surnommé Jojo, Marguerite surnommée Man Emilo ( épouse de Emile Monard) et Eugène surnommé Tig  . C’était une famille modeste qui vivait de l’agriculture. Elle est décédée le 7 Juin 1994.

Pas trop loin de la source Marie Déau existait une autre source  connue sous le nom de « Quatre carrés ». Plus loin on trouvait, la source Martineau,  (Pierre Martineau était un ancien maire de la commune de 1871 à 1881  et  vivait vraisemblablement à La Belle Etoile).

La source Marie Déau comptait deux sorties d’eau très  proches l’une de l’autre.

Les habitants venaient s’y ravitailler régulièrement en eau potable .Tout au long de cette source, on trouvait des petits bassins. Les lavandières s’y retrouvaient pour la lessive hebdomadaire ! Ce cours d’eau était riche en crustacés et faisait le bonheur des pécheurs d’écrevisses.

Photo P.Sotier

En période de pénurie (période cyclonique,….) les habitants du bourg venaient s’y ravitailler ; il existait même un gros tuyau qui permettait l’acheminement de l’eau jusqu’au bourg (au niveau de l’église). Durant la mandature d’Emmanuel Very, le débit de l’eau (qui coulait au goutte à goutte) fut amélioré grâce à la mise en place d’une installation en ciment.

Avec les années 1970, cette structure fut abimée et les habitants construisirent une installation sommaire en bambou et récupéraient ainsi l’eau des deux sources très proches dans  une seule sortie   .

Dans les années 1980, la qualité de l’eau fut remise en cause. On parlait de bilharzies.

Aujourd’hui cette installation a fait l’objet d’un aménagement qui attire de plus en plus de visiteurs et habitants du coin qui comme auparavant viennent prendre un  petit bain.

 

Vous avez aimé? Partagez!
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email